Des similitudes entre les médecins et les réparateurs d’ascenseur

 

La responsabilité, un concept fort galvaudé.

Publicités

13 commentaires sur “Des similitudes entre les médecins et les réparateurs d’ascenseur

  1. Charlotte dit :

    Bonjour et merci pour ton blog que je viens de découvrir.
    Dans mon métier aussi on reçoit régulièrement les résultats de jugements de collègues. Je suis enseignante. Je ne parle pas de pédophiles hein! Ce sont la plupart du temps des défauts de surveillance (reconnus ou pas ensuite en jugement). Pareil, c’est l’assurance qui nous les envoie.

  2. Camille dit :

    Bonjour !

    Je parcoure ce blog pour la première fois ce soir…

    Et pour répondre à la question « est-ce que d’autres professions reçoivent ça? », oui, les architectes ! (je suis étudiante en la matière). Ils ont obligation d’être assurés, et ont également des « mauvais plans » en exemple dans leur courrier (mort sur un chantier, inondation, fissure, dépassement de prix…). C’est surtout qu’il sont responsables sur 10 ans et 30 ans de la construction et de la conception des bâtiments. Ils ont également « obligation de conseil » auprès des clients/maîtres d’ouvrage, ce qui laisse un champ assez large d’interprétation.

    Sinon conclusion hilarante 🙂

    Bonne soirée et bonne continuation !

  3. Babeth dit :

    ça me fait penser au gynéco auquel je demandais à partir de quel stade de la grossesse la prématurité n’était plus un « risque ». « Mais naître est TOUJOURS un risque Madame!!! ». Ok, super rassurant donc 🙂

  4. Morgane dit :

    Vraiment cool ! 🙂 Est ce que c’est pour ça, que les médecins écrivent mal ? Pour qu’on ne retrouve pas la trace de leur erreur? 😉

  5. Superbe le « Otis Reading » ! 🙂

  6. Olympe dit :

    Sans compter le risque d’explosion nucléaire, d’invasion par des criquets géants ou de virus transgénique dévastateur et incontrôlable…

  7. PJC dit :

    Juste sur le point de pousser son premier cri, le tout petit peut-il contrecarrer le risque, l’énorme risque de naître ? Comme tous les risques, parfois, c’est payant. Mais quelle affaire ! Et à qui demander des dommages et intérets ? (sur ce dernier point, j’ai bien une idée que j’évite de formuler)
    Et ceci qui n’a presque rien à voir : qui, sinon Littré, peut nous apprendre que la contre-carre est le double de la carre au jeu de bouillotte ?

  8. dr coq dit :

    Zyva la fille, fais-nous peur 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s